Ostéochondroses chez l'enfant

Les ostéochondroses chez l'enfant

Qu'est ce que c'est ?

À la naissance les structures osseuses sont principalement constituées de cartilages, tissus très mous qui vont progressivement être remplacés par de l’os dur. Ces remplacements se font sur des zones spécifiques au sein de chaque os appelées « noyaux d’ossifications » qui se propage avec la croissance à l’ensemble de l’os. Ce processus se fait à des âges osseux différents selon la localisation. Chaque os possède son rythme de croissance.

L’ostéochondrose correspond à une perturbation de la vascularisation de ce noyau d’ossification (nécrose). Celle-ci est causée par un stress mécanique généralement tendineux. En effet, nous pouvons résumer en disant que les tendons à cet âge étant plus solides de l’os et grandissant plus vite, un excès de sollicitation de ces tendons sur l’os viendra perturber sa vascularisation.

L’évolution est toujours bénigne bien qu’elle puisse persister dans certaines cas et entraîner, si elles sont mal soignées, des déformations osseuses.

Les localisations sont variées. Nous avons détaillé ci-après les principales localisations rencontrées en podo-pédiatrie et podologie du sport chez l’enfant.

Symptomes

Les douleurs sont mécaniques, généralement après le sport. Si les sollicitations sont trop importantes et le repos insuffisant, les douleurs seront de plus en plus durables. Elles entraînent des boiteries antalgiques selon la localisation de l’atteinte. Dans de rares cas, les douleurs peuvent même être nocturne ou matinale mais seront toujours en relation avec l’effort de la veille.

Traitements

  • Le premier traitement consiste à l’arrêt sportif plus ou moins variable selon la douleur
  • Des semelles orthopédiques peuvent soulager et traiter les dysfonctions mécaniques responsable d’un excès de sollicitation. En effet, tout excès de rotation interne (valgus ou valgum) va augmenter la contrainte tendineuse sur l’insertion
  • Les semelles sont particulièrement nécessaires dans la maladie de Sever puisqu’en plus de traiter les dysfonctions rotationnelles du membre inférieur, elles amortissent et soulagent la pose du talon au sol tout en stabilisant le pied, ce qui réduit le stress mécanique en regard
  • La reprise du sport peut se faire après une période plus ou moins importante mais d’au moins 15 jours d’absence de douleur au quotidien

Cette maladie d'évolution bénigne est un trouble de la croissance du noyau secondaire d'ossification du calcanéum. Cette ossification qui commence environ à 9 ans jusqu'à 15 ans est perturbée par un surmenage de l'os du calcanéus par le tendon d'Achille.

Le diagnostique est d'abord clinique (palpation) et peut se compléter d'une radiographie.

Causes et facteurs favorisants :

  • Sports multi-directionnels et à forte impulsion (tennis, foot, gymnastique…) 
  • Période de croissance où l'os grandit rapidement, ce qui augmente la traction musculaire sur l'os
  • Pieds creux ou valgus (hyper pronateur)
  • Surpoids

Traitements :

  • L'arrêt sportif est la première décision à prendre car plus il est précoce plus la reprise est rapide
  • Le port de semelles orthopédiques marche très bien. Elles amortissent les chocs et le contact, ce qui soulage le patient. Cela traite aussi l'instabilité vagissante du pied et limite l'excès de traction du mollet (gastrocnémiens) sur l'os
  • Étirements des gastrocnémiens (mollets)

La reprise de sport peut se faire avec des semelles orthopédiques adaptées et après une période de 15 jours minimum d'absence de douleur et d'étirements non douloureux. En cas de récidive, le même protocole est à répéter afin de reprendre une activité normale le plus rapidement possible.

La maladie de Kohler-Mouchet est une ostéochondrose atteignant l'os naviculaire, elle touche l'enfant entre 6 et 9 ans particulièrement chez les sportifs et hyperactifs avec prédominance masculine. Elle se manifeste par des douleurs de la face supérieure ou supéro-médiale du médio pied notamment lors d'activité sportive.

NB : une ostéochondrose est une anomalie du cartilage de croissance chez l'enfant se caractérisant par une interruption de la vascularisation (nécrose) du noyau d'ossification de l'os concerné.

Le diagnostic clinique est suffisant. Une radiographie peut être demandée sur laquelle nous retourverons une condensation de l'os avec un aplatissement et parfois une fragmentation dans les cas les plus extrêmes.

Causes :

Cette pathologie résulte d'un excès de traction excentrique du tibial antérieur sur un medio pied affaissé augmentant sa sollicitation. Mécaniquement, cet excès de sollicitation est donc en rapport avec :

  • Un pied plat et/ou valgus (hyper pronateur)
  • Une hypo-torsion tibial interne (pendant la croissance le tibia se tord vers l'extérieure, un retard de cette torsion force le pied en hyper pronation)
  • Toute insuffisance de la colonne interne (ou premier rayon) comme l'hyperlaxité est une cause d'excès valgisant qui entraînera une sollicitation supplémentaire du tibial antérieur

Traitements :

  • Le traitement consiste d'abord à un arrêt de l'activité sportive afin de soulager la contrainte musculaire
  • Des semelles orthopédiques permettront de contrôler l'excès de pronation du pied et de corriger les déséquilibres valgisants. Des chaussures à contrefort rigides et des chaussures résistantes à la torsion permettront de potentialiser le contrôle de la pronation des semelles et un retour rapide à l'activité sportive

La maladie de Freiberg est une ostéochondrose (anomalie du cartilage causée par une interruption de sa vascularisation = nécrose aseptique) d'une tête métatarsienne.

Les rayons fixes (2ème, 3ème et 4ème têtes métatarsiennes) peuvent être concernés mais la 2ème tête est de loin la plus fréquente.

La cause est microtraumatique et donc mécanique.

Plusieurs facteurs mécaniques peuvent en être l'origine et ils devront être traités rapidement de manière orthopédique (semelles orthopédiques ou chirurgie) :

  • Métatarsien trop long
  • Surcharge métatarsienne par une mauvaise répartition des appuis plantaires
  • Tout déséquilibre du pied créant un hyper appui mécanique : pied plat ou creux, varus ou valgus (++)
  • Déformation de l'avant pied comme l'hallux valgus (surcharge de la 2ème tête), avant pied rond ou convexe et/ou triangulaire (hallux valgus + Quintus varus)

Le diagnostique est d'abord radiologique (aspect condensé et aplatie de la tête). Un IRM peut aussi être demandé en cas de doute.

Le traitement va dépendre du stade :

  • Au stade initial, le traitement consiste à mettre au repos la tête concernée par des semelles de décharge et de correction de l'hyper appui
  • Modification de la structure même de la tête à un stade plus avancé : le traitement sera d'abord chirurgical par résection-greffe de la zone nécrosée, voir une ostéotomie de Gauthier

La maladie d'Osgood-Schlatter appartient à la famille des ostéochondrite ou ostéochondrose. Ce groupe de maladie correspond à une interruption de la vascularisation du noyau d'ossification chez les enfants

La maladie d'Osgood-Schlatter se caractérise par une douleur située au niveau la tubérosité tibiale antérieure (partie supérieure du tibia). Elle apparaît entre 5 et 14 ans et est favorisée par un excès de traction musculaire sur cette zone en croissance.

Le traitement consiste d'abord à l'arrêt de l'activité sportive afin de soulager la contrainte mécanique. Le podologue, par l'intermédiaire des semelles, peut limiter une partie de contrainte mécanique notamment s'il existe un excès de rotation interne du membre inférieure.

L'hyperpronation du pied entraîne par exemple une rotation interne du tibia provoquant une traction excentrique du tendon sur son attache cartilagineuse.

La maladie de Sinding Larsen-Johansson appartient à la famille des ostéochondrite ou ostéochondrose. Ce groupe de maladie correspond à une interruption de la vascularisation du noyau d'ossification chez les enfants.

Elle se caractérise par une douleur située au niveau de l'appex (partie basse) de la rotule. Elle apparaît entre 5 et 14 ans et est favorisée par un excès de traction musculaire sur cette zone en croissance.

Le traitement consiste d'abord à l'arrêt de l'activité sportive afin de soulager la contrainte mécanique. Le podologue, par l'intermédiaire des semelles, peut limiter une partie de contrainte mécanique notamment s'il existe un excès de rotation interne du membre inférieure.

L'hyperpronation du pied entraîne par exemple une rotation interne du tibia provoquant une traction excentrique du tendon sur son attache cartilagineuse.

Semelles orthopédiques pour le sport
Fermer le menu