Pathologies du genou

La maladie d’Osgood-Schlatter appartient à la famille des ostéochondrite ou ostéochondrose. Ce groupe de maladie correspond à une interruption de la vascularisation du noyau d’ossification chez les enfants

La maladie d’Osgood-Schlatter se caractérise par une douleur située au niveau la tubérosité tibiale antérieure (partie supérieure du tibia). Elle apparaît entre 5 et 14 ans et est favorisée par un excès de traction musculaire sur cette zone en croissance.

Le traitement consiste d’abord à l’arrêt de l’activité sportive afin de soulager la contrainte mécanique. Le podologue, par l’intermédiaire des semelles, peut limiter une partie de contrainte mécanique notamment s’il existe un excès de rotation interne du membre inférieure.

L’hyperpronation du pied entraîne par exemple une rotation interne du tibia provoquant une traction excentrique du tendon sur son attache cartilagineuse.

La maladie de Sinding Larsen-Johansson appartient à la famille des ostéochondrite ou ostéochondrose. Ce groupe de maladie correspond à une interruption de la vascularisation du noyau d’ossification chez les enfants.

Elle se caractérise par une douleur située au niveau de l’appex (partie basse) de la rotule. Elle apparaît entre 5 et 14 ans et est favorisée par un excès de traction musculaire sur cette zone en croissance.

Le traitement consiste d’abord à l’arrêt de l’activité sportive afin de soulager la contrainte mécanique. Le podologue, par l’intermédiaire des semelles, peut limiter une partie de contrainte mécanique notamment s’il existe un excès de rotation interne du membre inférieure.

L’hyperpronation du pied entraîne par exemple une rotation interne du tibia provoquant une traction excentrique du tendon sur son attache cartilagineuse.

La patte d’oie est une zone ou se réunit trois tendons de muscles s’opposant à la rotation interne du tibia. Tout excès de rotation interne favorise l’excès de sollicitation excentrique des muscles de la patte d’oie.

Un pied valgus (hyper-pronateur), un genu valgum ou un excès de rotation interne fémorale sera une cause de cette pathologie.

Le podologue va d’abord diagnostiquer la maladie et les dysfonctions mécaniques qui peuvent entraîner ce trouble rotationnel afin de les corriger par des semelles orthopédiques sur-mesure.

De la kinésithérapie, des anti-inflammatoires locaux, un repos sportif et du glaçage constituent aussi de très bons traitements à associer.

Le biceps fémoral est un muscle pluri-articulaires (il traverse le bassin face supéro-interne jusqu’au genou face inféro-externe). Ce trajet lui détermine évidement une fonction de limitation de la rotation interne fémorale en chaîne fermée. L’excès de contraction excentrique répétée est une cause d’inflammation.

La rotation interne excessive ou répétée favorise l’excès de sollicitation excentrique de ce muscle.

Un pied valgus (hyper pronateur), un genu valgum ou un excès de rotation interne fémorale sera une cause de cette pathologie.

Le podologue va d’abord diagnostiquer la maladie et les dysfonctions mécaniques qui peuvent entraîner un trouble rotationnel interne afin de les corriger par des semelles orthopédiques sur-mesure.

De la kinésithérapie, des anti-inflammatoires locaux, un repos sportif et du glaçage constituent aussi de très bons traitements à associer.

Le mécanisme lésionnel d’une tendinite est toujours en rapport avec un excès de contraction excentrique répétée.

Tout excès de rotation interne du membre inférieur ou d’abduction de ce membre est une cause mécanique. L’excès de rotation ou d’abduction peut venir d’un pied valgus (hyper pronateur), d’un genu valgum ou d’une antétorsion fémorale exagérée (rotation interne fémorale excessive), ou plusieurs de ces facteurs associés.

Lors de son bilan le podologue va d’abord diagnostiquer la pathologie puis le trouble mécanique en question et sa cause. Les semelles permettront de corriger la cause biomécanique rotationnelle.

De la kinésithérapie, des anti-inflammatoires locaux, un repos sportif et du glaçage constituent aussi de très bons traitements à associer.

Description à venir

Description à venir

La bandelette de Maissiat est une expansion aponévrotique issue du muscle tenseur du fascia-lata ou ilio tibial s’insérant sur le tubercule de Gerdy.

Au cours de la flexion-extension (au delà de 30°) cette bandelette glisse d’avant en arrière sur ce condyle d’où le nom de syndrome de l’essuie glace. Une bourse séreuse facilitant ce glissement peut s’inflammer et créer une bursite. C’est une pathologie d’hyper-sollicitation particulièrement présente chez le coureur et parfois chez le cycliste imposant parfois l’arrêt de l’effort.

La particularité de cette pathologie, qui en explique aussi sa fréquence élevée, réside dans le fait que tout dysfonction biomécanique aggrave ce conflit. En effet, tout genou qui part excessivement à l’intérieur (valgum) ou a l’extérieur (varum) va favoriser ce conflit ainsi que l’association de trouble rotationnel (pied pronateur sur genu varum notamment+++)

Lors de son bilan, le podologue va d’abord diagnostiquer la pathologie puis le trouble mécanique en question et sa cause afin de les limiter par des semelles orthopédiques.

De la kinésithérapie, des anti-inflammatoires locaux, un repos sportif et du glaçage constituent aussi de très bons traitement à associer.

Description à venir

Chondropathies du genou : chondropathies rotuliennes, fémoro-tibiales internes/externes

Les chondropathies rotulienne, fémoro-tibiale interne et externe se caractérisent par des altérations dégénératives du cartilage des différentes facettes articulaires du genou.

Elles se manifestent souvent par des douleurs intra-articulaires du genou. Majoritairement présentes chez les sportifs de haut niveau, la femme post-ménopausée, elles peuvent toucher tout le monde (cause professionnelle, héréditaire, traumatique, vieillissement…).  Les malpositions des genoux en sont souvent la cause, sont multifactorielles (exemples : genou valgum/varum) et peuvent créer un déséquilibre des pressions dans le genou.

L’articulation du genou est constituée pour travailler dans l’axe, si un défaut biomécanique intervient, celle-ci est déviée, les tendons et ligaments sont étirés d’un côté tandis que les contraintes de pressions augmentent sur l’autre condyle.

De plus, le tendon du quadriceps s’insérant sur la rotule vient emporter celle-ci contre la paroi interne ou externe de la trochlée articulaire. Suivant le cas de figure, cela augmente considérablement la pression et se traduit dans le temps par une contrainte trop importante et une usure prématurée du cartilage du genou et de la rotule.

Les semelles permettront de répartir les pressions intra-articulaires, pour ainsi limiter les contraintes, les douleurs et les chondropathies du genou sur du long terme.

Des séances de kinésithérapie permettent d’augmenter le rôle des muscles dans la stabilité d’une articulation et de mieux compenser le défaut mécanique. Un suivi rhumatologique est nécessaire en cas de chondropathies (infiltrations et/ou visco supplémentation).

Au stade 4 de chondropathie, la mise en place d’un prothèse partielle ou totale est à envisager.

Description à venir

Description à venir

Fermer le menu